<
 

Albums

dafuniks-past-present-future-album-2015

Past Present Future … Un retour vers le futur pour Dafuniks

Après le succès de Enter the sideshow groove, les Danois avaient le pari de faire un autre album aussi bon que le premier.

Et bien, c’est désormais chose faite avec ce nouvel opus au nom évocateur de Past Present Future.

Presque trois ans (à un mois près) que l’on n’avait pas vu le groupe Dafuniks dans les bacs.

Et c’est justifié vu la qualité de cet album qui égale son prédécesseur : on retrouve les mêmes collaborations dont Kuku Akami, Barbara Moleko ou encore Mattic et des rythmes passant de la funk et de la soul « old school » au hip-hop et à la pop moderne.
Les Danois semblent avoir trouvé cette fibre musicale, ce flow qu’ils essayaient de perfectionner dans leurs dernières productions notamment avec les remix des titres de Searching et d’Hello I love you. Contrairement à Enter the sideshow groove où l’on pouvait éprouver une sensation de répétition ou de similarité entre les morceaux, Past Present Future trouve un certain équilibre entre ces différents titres de sorte que tous les morceaux forment une unité cohérente à l’univers de Dafuniks tout en développant pour chacun d’entre eux des rythmiques et des sons différents.
L’enchaînement des titres est fluide car Dafuniks raconte une histoire -qui plus est d’amour- avec un thème introducteur qui a pour but de planter le décor et de poser l’orientation musicale (The Orchestral Theme) puis un ensemble de chansons mettant en scène les relations entre un homme et une femme comme The Dance, Handle It, Lucy ou Don’t Cry to me mais aussi Heard’em Say avec les voix suaves de crooner façon Barry White des deux MCs d’ASM : Green T et Funk E Poet. Le tout est agrémenté de quelques morceaux plus expérimentaux ou se rapprochant plus d’un univers filmique comme The Ace Tone Theme, The Piano Theme ou Non similar et finit en douceur sur The Hammond Theme avec le mélange d’orgue, de piano et de scratch. Au-delà de l’amour physique, on voit un véritable amour pour la musique comme dans John Dope, Soul Searching ou Flowing Easy qui rend chacun hommage à un genre qui leur est cher : la funk (on entend la voix de James Brown au début de John Dope), la soul (trompette, son mixé de vinyle) et le reggae/rap (on pense au flow posé d’UB 40 sur Flowing Easy).

Un ressenti lorsque vous écouterez Past Present Future ?

Premièrement, une légère ressemblance à Daft Punk sur la période Discovery avec les fameux titres aux sonorités funk et pop et des musiques dont on fredonne forcément les mélodies après l’avoir écouté. C’est le cas ici sur The Dance, Handle it ou encore John Dope. Car c’est aussi ça Dafuniks : des voix superbement posées sur des tempos à tel point qu’on se demande comment aurait-il pu en être autrement comme la voix groovy de Barbara Moleko sur Lucy. Deuxième sentiment : « Good vibration, sweet sensation » comme nous le suggère tout en simplicité Blacc El et Billow sur John Dope. Le hic de l’album mais qui peut être aussi un bon point, c’est qu’il est idéal pour écouter chez soi… mais assez peu adapté pour des lives du moins pour des concerts de taille importante ou alors plutôt calibré pour les concerts plus intimistes comme celui qu’ils ont pu faire à La Maroquinerie à Paris le 23 avril dernier.

Une leçon à retenir ?

Peut-être, « on prend les mêmes et on recommence ». En tout cas, c’est ce que semble avoir appliqué Dafuniks avec des featurings toujours bien pensés. Et ça marche ! Avec Past Present Future, les Danois s’inscrivent comme l’un des trop rares groupes à vouloir faire perdurer le bon vieux funk des années 1970. Return to the Funkytown !

Past Present Future
Dafuniks
Disponible depuis le 15 mars 2015
Supports : LP / CD / MP3 / FLAC
Label : Underdog Records
Site Internet
Page Facebook

 Article par Boris Simon

Comments

Sign In