<
 

Festivals

marsatac-2010

MARSATAC 2010 Part 2 : un Vendredi aux accents très Hip Hop !

Le deuxième jour s’annonce haut en couleur niveau Hip Hop, beatbox & co!

Et ce soir c’est 4 scènes pour tout de même un total de 8500 personnes sur le site (capacité de 9000). MARSATAC 2010

La soirée a déjà débuté lorsque nous arrivons sur le site de la Friche. Les concerts de The Killer Metters et MC2 sont terminés. Beat Assaillant a débuté son live sur la Scène de la Cartonnerie, mais l’ayant vu à plusieurs reprises nous préférons voir d’autres groupes.

Marsatac-ezraDébutons avec Bionicologists Ezra & L.O.S., deux beat boxeurs français bien talentueux,

sur la scène du Cabaret Aléatoire. Mais nous ne pouvons pas rester très longtemps, juste le temps d’un morceau ou deux. Mais même avec si peu de temps pour les voir à l’oeuvre, cela fait bien plaisir aux oreilles pour ce début de soirée. Ces deux là samplent leur musique à l’aide d’une machine, qu’ils contrôlent à distance. On vous laisse regarder leur teaser et vous faire votre propre idée, mais c’est sûr que la prochaine fois on ne les ratera pas (à bon entendeur, Montpellier vous attend!).

 

Poursuivons la soirée avec Sage Francis sur la scène de la Cartonnerie.

Nous attendons fortement sa venue, et son hip hop indé US, ses textes subtils et poignants. Il est l’un des rappeurs blancs les plus inventifs du moment. Ecoutant sa musique depuis des années, le voir pour la première fois en live est surprenant (et excitant), donc on attend quelques minutes devant la scène histoire de ne pas en louper une miette. Et  la salle est vite pleine à craquer.

Son dernier EP  Life sorti en mai 2010 sous le label Strange Famous Records que Sage a fondé en 1996. On retrouve sous ce label quelques pointures de la scène hip hop indé dont 2mex, Dan le Sac vs Scroobius Pip, Buck 65. Pour sa tournée en France (heu disons plutôt une des seules dates françaises…), Sage n’est pas accompagné des musiciens avec lesquels il collabore mais cela ne l’empêche pas de nous livrer un live de grande qualité. Le charisme qu’il dégage prend à la gorge, tant par son attitude, speed et tout à la fois drôle. Il arrive sur scène muni d’une perruque et d’une cape.  Il dégage une énergie phénoménale, ou disons plutôt que l’on ne s’attendait pas à cela ! Big up Sage… Difficile d’en dire plus sur sa prestation, juste d’en conclure qu’il s’agit pour nous du meilleur concert de Marsatac. Et l’on se réjouit de l’avoir vu car apparemment Sage Francis arrête les tournées (du moins européenne) et préfère se consacrer à élaborer sa musique chez lui et produire de nouveaux artistes. Big up à Sage pour son live, et bien dommage de ne pas pouvoir le revoir (à moins que, espérons !). On vous laisse écouter ses différents albums, tous à la hauteur d’un hip hop indé underground comme on aime.

http://www.strangefamousrecords.com/

Ayant étudié le programme à l’avance, on sait que l’on ne pourra pas voir tous les artistes voulus.

La programmation, 19 concerts au total ce vendredi, est telle que beaucoup se chevauchent.
Et forcément la curiosité en la matière nous pousse à vouloir en voir un maximum.
Le site de la Friche Belle de mai n’est pas celui qu’avaient espéré les organisateurs. Mais voilà ils n’ont pas vraiment eu le choix. Ceci-dit le site est assez agréable à traverser. Mais le problème qui se posera ce soir là (le samedi également), c’est la capacité et disposition de la salle Seita et du Cabaret Aléatoire. Ces deux salles ne sont pas adaptées à un festival tel que Marsatac. A plusieurs reprises au cours de ces deux soirées nous devrons soit rentrer en « forcing » dans ces salles soit décider de ne pas y aller.

Le temps de traverser le tunnel psychédélique éclairé par des boules à facettes, et nous sommes dans la

salle de la Scène Seita, Fedayi Pacha vient de commencer son live.

Nous ne connaissons pas ce groupe, mis à part un ou deux titres écoutés sur le net. Ces Français, de St Etienne, nous offrent un live planant, teinté de Dubuk, de haubois arméniens, percussions, violons et de voix arabisantes ; le tout mixé par des machines. Une version electro-orientale du dub bien plaisante. En somme une bonne découverte!
http://www.myspace.com/fedayi pacha

On vous conseille leur dernier album « From The Oriental School Of Dub » de 2009,  en écoute sur deezer.

 

Seul le photographe voit Beardyman, beatboxeur showman Anglais, délivrant des rythmes drum and bass trance dancehall, dommage pour les autres. Une petite vidéo pour nous rattraper :

 

Place à Tumi and the Volume, venant d’Afrique du Sud,

sur la grande scène de la Cartonnerie. Ils présentent un hip hop teinté d’electro de jazz, de funk et d’afrobeat. Leur live est la hauteur de nos espérances, et de leur dernier album « Pick a Dream » sorti en 2010. La salle est pleine, et quasi rien à redire quant à la qualité du son, contrairement à la veille. Le débit vocal du chanteur est puissant, les morceaux s’enchaînent, on respire la joie de vivre devant ce concert !

Et vous avez de la chance, Mowno les a filmé en avril 2010 au Café de la Danse à Paris :


TUMI & THE VOLUME par mowno

 

Misteur Valaire est en train de jouer sur la Scène du Cabaret Aléatoire,

mais vu le peuple dans la salle et l’heure qu’il est, nous apercevons seulement un titre. Ce groupe Canadien est tout de même à découvrir, on vous laisse l’écouter. Et baladez vous un peu sur leur site, leurs albums sont en téléchargements à prix libre (pour ne pas dire gratuit!).

http://www.myspace.com/misteurvalaire

 

Nous prenons une pause, pour le bien de nos tympans

et afin de s’hydrater. Nous profitons donc de l’accès vip pour boire un verre et se poser. Pendant ce temps joue Talib Kweli sur la scène de la Cartonnerie, et oui nous n’allons pas le voir, bien que nous en apprécions la musique. Peut être est-ce l’effet festival, enchaînement de concerts, tête d’affiche…allez savoir!

Une vidéo pour les fans :

 

On se remet en route, direction la Scène Seita avec Fowatile.

Groupe lyonnais d’electro hip hop rap. Leur live est assez scénique, le MC arbore des lunettes fluo  (ils doit en avoir pas mal dans son tiroir !!). Ils ont le mérite d’avoir su s’imposer à Marsatac après seulement un an et demi d’existence. L’alcool aidant, les souvenirs commencent à devenir un peu flous, mais sans doute surtout parce que ce groupe ne nous a pas transcendé. Cependant on va tout de même suivre leur évolution!

Scène Cabaret Aléatoire : Lexicon, deux frangins venant de L.A., qui adorent la France.

Ces deux là, accompagnés de leur musiciens, font plutôt dans le hip hop crossover déjanté, et ce avec beaucoup d’humour et de simplicité. Les frères Black (Nick et Gidéon) mettent le feu sur scène, s’adressant au public en français, comme ils l’avaient fait remarquer l’an dernier (au Plan), ils nous adorent, cela coulait donc de source qu’ils apprennent notre langue, mais chapeau bas ils n’ont pas fait semblants. Le live devient très vite rock’n roll, ils sautent partout, le public suit et est conquis, nous aussi mais nous l’étions déjà avant de les revoir! En vidéo, leur titre phare « Junk Food », pas le meilleur à notre goût mais un bête de titre à prendre à la légère (ou pas!).

http://www.myspace.com/lexicon

 

Il est près de 3h du mat, les quelques heures passées à danser écouter regarder marcher, couplées à l’alcool (et oui la boisson phare en festival ou concert est la bière non?) commencent à nous faire ressentir la fatigue.

Le programme indique Poirier and Face T sur la scène Seita,

alors nous nous y rendons. Mais la salle est archi bondée, on se fraie un petit chemin, en usant un peu des coudes… Mais le son n’est pas celui auquel nous nous attendions, étant habitués à écouter Ghislain Poirier, que nous apprécions beaucoup. Le set est très ragga dancehall, on adhère moyen et surtout suffoquons un peu, du coup nous partons.
http://www.myspace.com/poiriersound

Nous finissons la soirée tranquillement devant A-Trak sur la scène de l’Esplanade, en plein air (abrité tout de même, mais il ne fait pas bien chaud!).

En résumé une bien bonne soirée, mais un peu épuisante à trop vouloir en voir, regarder le programme et la montre… Un Sage qui aura su rendre à nos nombreuses heures d’écoute de ces différents albums, une vraie claque sonore!

La soirée du vendredi en photos (par FabieN G.)

Comments

Sign In