<
 

Reports

festival-isi-4

Festival ISI 4 : les arts numériques

Festival ISI 4  : Les Arts Numériques à Montpellier

C’était la cinquième édition des rencontres des arts numériques à la salle Pétrarque et au Kawenga à Montpellier. Il faut saluer la programmation pointue choisie par le directeur artistique Jean-François Nourisson et l’association organisatrice Cellanova. Petit rapport d’Over Scene avec des photos, histoire que vous tâtiez l’ambiance.

Le thème, c’était la dé-territorialité. Un concept philosophique de Gilles Deleuze. On a pas bien compris ce que cela venait faire là mais il y a une chose de sûre : la programmation était pointue.

On commence par Richard Pinhas. Ancien élève de Deleuze au temps où la Sorbonne pouvait encore prétendre au titre de lieu de partage culturel. Il restera comme l’un des premiers musiciens au monde à jouer du synthétiseur et à s’intéresser à la musique électronique. Sa prestation, était un des temps forts de ce festival.

Les autres stars, c’était le collectif DARDEX, exposé à la salle Pétrarque pendant tout le festival. Leurs installations utilisent l’univers des jeux vidéo, la 3D et bien sûr le son pour des ambiances tour à tour inquiétantes ou oppressantes. Le duo de Scenocosme avait planté son jardin musical au Kawenga (boulevard Louis Blanc), un vrai coup de cœur pour ses plantes qui délivrent un son dès qu’elles sentent une chaleur humaine. Une découverte.

Julie Normal joue d’un instrument que tous les amateurs de musique électronique doivent adorer sans le savoir. Cette jeune femme vaut le détour. Elle est ondiste et étudie les ondes Martenot. Elle vient de sortir un premier vinyle en tant qu’ondiste sous le label parisien Bruit Clair. Une ambiance qui rappelle la messe du dimanche mais une performance musicale incontestable.

Une mention spéciale à la performance de Rebecca Sanchez et Chloé Dehu. Une remarquable utilisation de diverses formes d’art pour aboutir à une performance chorégraphiée qui produit une bande-son efficace, bluffant.

Ils ont également sonorisé cette cinquième édition : le nîmois apôtre du dubstep Zeller, BZA et le duo Half a Rainbow.

Au final, un festival sympathique et ambitieux mêlant tête régionale, talents émergents et confirmés. En plus c’était gratuit. Salutation aux membres de Cellanova qui ne doivent pas lâcher l’affaire.

Pauline.

Comments

Sign In